Une étude réalisée en 2018 sur les vautours fauves en Andalousie révèle que la population continue de croître dans la région

Selon une étude réalisée par le ministère de l'environnement et de l'aménagement du territoire de la Junta de Andalucía. La population de vautours fauves est de 3 339 couples nicheurs dans la Région d'Andalousie, avec un taux de croissance d'environ 3 % depuis 1999. Occupant les affleurements rocheux des chaînes de montagnes, les colonies de vautours sont principalement présentes à l'extrémité occidentale de la chaîne Penibética (Alcornocales, Sierra de Grazalema, détroit de Gibraltar et Zaframagón), ainsi que dans la Sierra Morena centrale et orientale et la chaîne Subbética.

photo ©Aurélien Dessort

Lutte contre les intoxications illégales en Andalousie

Cette croissance continue de la population peut être attribuée en grande partie à la politique adoptée par la région pour sa lutte contre l’utilisation des appâts empoisonnés. Une pratique interdite depuis 1983, mais toujours répandue en Espagne et trop souvent utilisée pour le contrôle des grands prédateurs (loup, ours) et autres carnivores dit ‘‘nuisibles’’, tel que le renard. Depuis 2004, la Junta de Andalucía a été le chef de file mondial contre l’utilisation des appâts empoisonnés. Par son investissement dans des unités antipoison, par la mise en application de la loi au niveau pénale, par le recrutement et la formation d’Agents environnementaux, permettant l'application de la loi sur le terrain et par la mise au point de travaux novateurs sur la toxicologie, par un laboratoire régional de référence afin d'améliorer les techniques d'enquête médico-légale, la région permit une diminution de 55% du nombre de cas d'empoisonnement.

Vautours fauves en Espagne

L'Espagne abrite à elle seul 75% de la population mondiale de vautours fauves et 90% au niveau européen. La population espagnole a connu une croissance rapide ces 40 dernières années, en 1979, le nombre de couples reproducteurs était estimé à 3 249 sur l'ensemble du pays, aujourd'hui, ce chiffre est de 25 000 couples. Une croissance attribuée aux mesures mises en place par le gouvernement, telle que la lutte contre l'empoisonnement, l’équipement des infrastructures électriques avec des dispositifs anti-collision et anti-électrocution, ainsi que la fourniture d’une ressource alimentaire constante et abondante par les placettes d’équarrissages.

photo ©Aurélien Dessort
Traduction et rédaction article : Aurélien Dessort LPO Programmes Nationaux de la Conservation