3 pays se sont réunis pour sauver le vautour percnoptère, la LPO était présente

Une info du VCF

Un important atelier pour la conservation de la population de vautours percnoptères sur la voie de migration d'Europe de l'Ouest s'est déroulé du 26 au 27 mars 2018 à Alcántara, Estrémadure - Espagne. Plus de 25 participants de France, du Portugal et de l'Espagne se sont réunis pour discuter des priorités pour la conservation de cette espèce mondialement menacée en Europe occidentale.

L'atelier était organisé par le VCF, le gouvernement régional d'Estrémadure (Junta de Extremadura) et le parc naturel du Tajo International. Parmi les participants, il y avait des représentants du secteur gouvernemental, des instituts de recherche et des universités, et bien sûr des ONG travaillant à la conservation du vautour percnoptère.

Le directeur général du Département de l'environnement du gouvernement régional d'Estrémadure (Pedro Muñoz Barco), le directeur du PN Tajo International (Alfredo Anega) et le maire d'Alcántara (Luis Mariano Muñoz) ont accueilli tous les participants dans le cadre spectaculaire du PN. Le centre d'accueil du Tajo International, et tous les participants ont pu écouter des conférences résumant la situation actuelle et les défis de conservation du vautour percnoptère en France, au Portugal et en Espagne. Le projet LIFE RUPIS, auquel participe également le VCF, a également été présenté par nos collègues du SPEA. Le VCF a évoqué les priorités du plan d'action MSAP Vulture récemment adopté pour la conservation des vautours africains-eurasiens en remettant le vautour percnoptère dans un cadre plus global  de conservation des vautours.

Dans ce contexte le  vautour percnoptère est menacé d'empoisonnement par des appâts empoisonnés ainsi que les pesticides, des produits vétérinaires le plomb qui continuent à tuer des oiseaux dans certaines régions d'Europe.Autres menaces les éoliennes et l'électrocution sur les lignes haute tension. La perturbation des territoires de nidification est également un problème.

Certaines priorités ont été identifiées comme la poursuite des efforts visant à atténuer la mortalité des adultes, qui semble être le principal facteur expliquant le déclin. Un autre message fort des participants était que c'est le bon moment pour s'attaquer à la conservation au niveau de métapopulation de l'espèce, Toutes ces populations sont en quelque sorte connectées. Il est maintenant logique d'élargir la portée de l'effort à l'échelle des voies de migration et pas seulement au niveau local ou régional, où les progrès pourraient être atténués par des problèmes ailleurs.

La deuxième partie de l'atelier a été consacrée aux propositions de mesures visant à atténuer toutes ces menaces identifiées - les groupes de travail ont identifié plus de 50 actions de conservation dans la voie de migration ouest européenne.