La Bulgarie reprend en main la lutte contre l’empoisonnement de la faune sauvage !

Les 26 et 27 novembre derniers, des institutions gouvernementales et non gouvernementales ainsi que des ONG environnementales se sont réunies à Sofia, en Bulgarie, autour d’un ateliers visant a élaborer une stratégie afin de trouver les meilleures solutions pour lutter contre l'utilisation illégale de poisons et d'appâts empoisonnés dans la nature et ainsi réduire l’empoisonnement de la faune sauvage.

Cette stratégie constituera l'une des stratégies nationales les plus importantes pour la conservation de la biodiversité et des espèces menacées d'extinction en Bulgarie.
 

(c) Dimitar Gradinarov

Résultats de la réunion

La réunion a été ouverte par le Vice-Ministre de l'environnement et de l'eau, Krasimir Jivkov, qui a reconnu la nécessité et le soutien du Ministère de l'environnement pour cette initiative.
La première étape de l'élaboration de la stratégie nationale a été d'analyser les informations disponibles sur l'utilisation de poisons et d'appâts toxiques, ainsi que les effets de ces pratiques sur la biodiversité du pays.
Les résultats de la discussion ont permis d’identifier les principaux problèmes :

  • l’importation illégale de produits phytopharmaceutiques (PPP)
  • la mauvaise utilisation de PPP dangereux dans l'agriculture intensive
  • le stockage non réglementé de PPP dangereux (anciens stocks et entrepôts)
  • l'utilisation illégale de PPP légaux pour les appâts empoisonnés, principalement en lien avec le conflit « homme-prédateur »
  • une détection insuffisante et difficile de l'empoisonneur
  • le risque d'intoxication au plomb (saturnisme)

L'origine de nombre de ces problèmes est liée au fait que les institutions responsables et la société ne reconnaissent pas l'importance du problème des poisons.
Les autres causes directes ou indirectes identifiées du problème de la lutte contre le poison sont :

  • le manque de coordination et de responsabilités claires pour l'action
  • les ressources financières et humaines
  • le manque de contrôle de l'accès à l'achat et à l'utilisation des PPP dangereux
  • la non-application de mesures préventives efficaces pour atténuer les dommages causés par les prédateurs (y compris les chiens errants)
  • les lacunes dans la législation nationale

D'autres résultats importants de la réunion sont la conception d'un groupe de travail national chargé de mettre en œuvre cette stratégie et d'élaborer un protocole d'action en cas d'empoisonnement. Ce document décrit clairement les étapes et les mesures à prendre, ainsi que les responsabilités des diverses institutions concernées.

Rappel du danger que représente le poison sur la faune

L'utilisation illégale de poisons et d'appâts toxiques contre les prédateurs cause des dommages irréparables, en particulier aux populations d'oiseaux prédateurs, y compris des espèces menacées telles que le vautour percnoptère et l'aigle impérial.
Le cas le plus récent d'empoisonnement d'espèces protégées en Bulagrie a été signalé en septembre 2019 lorsque huit vautours fauves et un aigle royal ont été empoisonnés dans la région de Svoge, et plus de 30 vautours fauves ont été empoisonnés dans la gorge de Kresna en mars 2017. En 2016, près du village de Strazhets, une série d'empoisonnements ont été signalés, tuant plus de 20 animaux sauvages et domestiques.
Dans ces différents cas, on constate un manque de bonne synchronisation entre les différentes institutions chargées d'assurer un échantillonnage adéquat sur le terrain, de sécuriser les zones autour des appâts empoisonnés, de collecter les carcasses d'animaux empoisonnés pour prévenir les empoisonnements secondaires et d'analyser les échantillons prélevés pour identifier les substances toxiques et les auteurs.

Comment la Bulgarie lutte contre l'empoisonnement illégal de la faune sauvage ?

Le VCF, lutte de front contre l'empoisonnement illégal de la faune sauvage dans les Balkans avec le "Balkan Anti-Poisoning Project". Il s'agit d'une initiative transfrontalière, financée par la Fondation MAVA, qui réunit des organisations de conservation de la faune sauvage, des agences gouvernementales et d'autres parties prenantes telles que des associations de chasseurs, des agriculteurs et des scientifiques, dans 6 pays des Balkans pour lutter contre les empoisonnements illégaux de la faune sauvage.
L'organisateur de la réunion est le BSPB dans le cadre des projets LIFE "Conservation des vautours fauves et moines dans les montagnes transfrontalières des Rhodopes" et "Egyptian vulture New LIFE".
Parmi les principaux participants figurent des représentants du Ministère de l'environnement et de l'eau, de l'Agence exécutive pour l'environnement, du Ministère de l'intérieur, de la Direction régionale de la sécurité alimentaire, de l'Institut national de recherche diagnostique vétérinaire, de l'Union des chasseurs et pêcheurs de Bulgarie, de IBEI - BAS, BPPS, Green Balkans, FWFF, VCF, l'Association des parcs en Bulgarie, Balkani Wildlife Society, Rewilding Rhodopes Foundation, Four Paws et les universités thraces, et Agrarian.
 

Sources (EN) :