Actualités

Galerie photo

Le futur des vautours grecs dépend des enfants grecs d'aujourd'hui

Photos WWF

La conservation des vautours nécessite souvent le changemens des comportements humains - l'arrêt de l'utilisation d'appâts toxiques ou l'évitement des zones de nidification pour diminuer les perturbations. C'est souvent difficile quand des traditions sont établies, mais la sensibilisation des jeunes peut entraîner des changements positifs à long terme.

Recensement des Vautours Percnoptères en Albanie

Comme tous les ans, en avril 2017 une équipe constituée de membres de l'Association Bulgare de Protection des Oiseaux, de l'Association Ornithologique Grecque et de l'Association Albanaise de la Protection et de la Préservation de l'Environnement a uni ses efforts pour établir l'état de la reproduction du Vautour Percnoptère en Albanie.
Au total 26 territoires connus pour la reproduction du vautour sur les quinze dernières années ont été visités. Parmi eux 10 ont été confirmés comme occupés. 7 couples et 3 oiseaux territoriaux ont été observés.

Construction d’une placette de nourrissage sur le camp militaire de Garrigues (Gard)

Dans le cadre du projet « Life Défense Nature 2 mil » le Syndicat Mixte des Gorges du Gardon et l’Armée ont commencé la construction d’une placette d’alimentation pour le Vautour percnoptère le 1er mars dans le camp des Garrigues.
Un carré de 25m de côté a été délimité par un grillage enterré empêchant les intrusions (de sanglier notamment). Ensuite une dalle a été mise en place pour la dépose de carcasses. Les services de l’armée ont assuré le transport et la mise à disposition d’engin pour cette réalisation.

Résultats encourageants en Israel

Ohad Hatzofe de l'Israel Nature and Parks Authority nous informe que depuis quelques jours trois générations de Vautours Percnoptères nés en captivité et lachés occupent le Mont Carmel:
2 oiseaux nés en 2011 et lachés en 2012
1 oiseau né en 2013 et laché en 2014 équipé d'un émetteur GPS. Ce dernier est de retour d'Ethiopie.
1 oiseau né en 2015 et laché en 2016 muni d'un émetteur GPS.
C'est une grande saaisfaction pour les actions de conservation car l'espèce était éteinte depuis cinquante ans dans cette région.