Séminaire final du projet LIFE AQUILA a-LIFE : 21-23 septembre 2022

Deux projets de conservation successifs, les LIFE Bonelli (2013-2017) et LIFE Aquila a-life (2018-2022) ont permis d’améliorer le statut de l’Aigle de Bonelli dans certaines régions d’Espagne mais aussi en Italie sur l’île de Sardaigne.

Un séminaire final a été organisé par le GREFA, le coordinateur du LIFE, à Madrid les 21 et 22 septembre 2022. Ce séminaire a rassemblé l’ensemble des partenaires espagnols, italiens et français de ces projets LIFE mais aussi d’autres spécialistes de l’espèce venus de Grèce, d’Israël, de France, du Portugal…
La LPO et L’UFCS ont contribué à ces projets via le centre d’élevage en captivité de l’Aigle de Bonelli situé à Sait-Denis-du-Payré en Vendée en fournissant un total de 79 aiglons nés en captivité.

Les sites de réintroduction/renforcement visés par le projet étaient les régions espagnoles de Navarre, d’Alava et de Madrid où l’espèce s’était fortement raréfiée mais aussi l’île de Majorque et l’île de Sardaigne en Italie où l’espèce avait disparu depuis plusieurs décennies. Au terme de ces deux projets, on dénombre 26 nouveaux couples formés sur de nouveaux territoires ainsi que l’envol de 64 aiglons.

Le projet a permis également de mieux connaître les déplacements de l’espèce grâce à la pose d’émetteurs GPS, d’identifier et de lutter contre les principales menaces d’origine anthropiques que sont l’électrocution ainsi que les noyades dans les bassins d’irrigation.

Les principales conclusions de ce séminaire sont :
1. Les actions régionales de conservation de l'aigle de Bonelli, coordonnées entre elles, se sont révélées être une bonne stratégie pour améliorer l'état général de l'espèce au niveau de la métapopulation.
2. Une stratégie de conservation participative, impliquant des secteurs clés, favorise et accélère les projets de conservation de toute nature, comme le renforcement/réintroduction ou la lutte contre les menaces.
3. L'électrocution est la principale cause de mortalité non naturelle de l'aigle de Bonelli et compromet sa conservation. Il existe d'autres causes anthropiques de mortalité telles que la noyade dans les bassins d'irrigation ou les collisions.
4. La principale cause de mortalité naturelle de l'espèce est la concurrence avec l'aigle royal. L'infection à Trichomonas est la lésion la plus fréquente chez les juvéniles échantillonnés, affectant la productivité.
5. De nouveaux couples ont été constitués dans toutes les zones d'action du projet AQUILA a-LIFE. Actuellement, les 26 territoires actifs de l'aigle de Bonelli à partir de spécimens relâchés certifient que la stratégie de lâcher de cage-hacking, conçue par le projet, est une méthodologie appropriée pour générer de nouvelles zones de reproduction pour cette espèce. Ces nouveaux couples ont généré 64 poussins à l'envol.
6. L'obtention de spécimens d'origines différentes (centres de réhabilitation, translocations, élevage en captivité) est un gage de continuité pour les projets de réintroduction.
7. Le marquage des spécimens sauvages en Andalousie (la population la plus importante d'Europe) a montré une dispersion et un recrutement quasi nuls des oiseaux en dehors de cette région, par rapport au comportement observé dans d'autres zones continentales. Cela justifierait davantage les projets de renforcement et de réintroduction, là où cela est jugé nécessaire.
8. Les améliorations de la technologie des émetteurs GPS permettent une connaissance plus large du comportement des aigles, comme c'est le cas de l'accéléromètre.
9. Les populations française et portugaise augmentent. L'expansion périurbaine de la population portugaise, qui se reproduit principalement dans les arbres, est une stratégie très intéressante.
10. En Méditerranée orientale (Chypre, Grèce, Israël), les connaissances sur la dispersion juvénile de l'espèce ont augmenté grâce au marquage à l’aide d’émetteurs GPS.
11. Le plan d'action international pour l'Aigle de Bonelli, en cours d'élaboration, sera un outil de planification très important et facilitera la définition des stratégies nationales, le financement des projets de conservation et améliorera la communication entre les pays pour la conservation de cette espèce.
12. La neutralisation des lignes électriques s'est révélée être une mesure très efficace contre la mortalité non naturelle par électrocution.
13. Les distances de sécurité pour la neutralisation des lignes électriques doivent être augmentées par rapport à celles recommandées dans le décret royal espagnol n° 1432/2008.
14. La bonne exécution des mesures de neutralisation sur les lignes électriques est essentielle pour améliorer l'efficacité de ces actions. A cet égard, il est nécessaire de continuer à améliorer la formation des équipes chargées de la neutralisation des lignes électriques.
15. La coordination entre les administrations chargées de l'environnement, le ministère public, les ONG et les compagnies d'électricité facilite la solution au problème de l'électrocution. La gouvernance est essentielle à cette cause. L'implication des autorités industrielles reste un défi.
16. Les collisions sont largement sous-estimées en raison de la difficulté de détection. C'est un autre défi qui doit être relevé.
17. La recherche et le développement de nouvelles technologies ou de nouveaux produits sont essentiels pour atténuer ce problème de collision.