Objectif Balbuzard : dernières nouvelles des nids

Grâce aux caméras installées dans le cadre du projet « Objectif Balbuz@rd », il est possible de suivre la nidification des balbuzards pêcheurs en région Centre-Val de Loire, de leur retour de migration en mars à l’envol des jeunes durant l’été. Les nids (sur pylônes en Sologne et en forêt d’Orléans) sont équipés de webcams permettant de filmer l’activité des oiseaux. Les prises de vue sont diffusées sur le site internet www.objectifbalbuzard.com et les moments forts de la saison de reproduction sont régulièrement publiés sur la page Facebook du projet. Lancé en 2016, ce projet s’inscrit dans une volonté de préservation de l’espèce, d’une meilleure compréhension de son écologie et de sensibilisation du public. Il est le fruit du partenariat impliquant l’association Loiret Nature Environnement (LNE), la société Réseau de Transport d’électricité (RTE), le Muséum d’Orléans pour la Biodiversité et l’Environnement (MOBE) et l’Office national des forêts (ONF), rejoints en 2020 par la LPO.

 

Nid du Ravoir

De retour dès le 19 février d’Espagne où elle hiverne chaque année, Panchita a dû patienter jusqu’au 13 mars pour retrouver son compagnon de l’an dernier, le mâle 6.A. Dix-huit jours après son arrivée, Panchita a pondu son premier œuf et a commencé à couver. La naissance des premiers poussins a été attendue avec impatience puis inquiétude par les naturalistes qui suivent le bon déroulé de la reproduction depuis le début. La première éclosion, révélée par l’observation des toutes premières becquées, a en effet eu lieu tardivement le 13 mai, au 44ème jour de couvaison alors qu’elle survient généralement 35 à 40 jours après la ponte du premier œuf…

 

 

 

 

Nid de Sologne

Des réussites…. mais aussi souvent des échecs !

Sur le nid de Sologne, alors que le couple habituel s’était retrouvé à la fin mars, les choses ne se sont malheureusement pas déroulées comme prévu.

Le 8 avril à l’aube, la femelle qui venait de pondre a été découverte morte sur le nid. Grâce à l’alerte rapide des naturalistes d’Objectif Balbuzard, la DREAL a pu organiser la collecte de l’oiseau, en lien avec le Groupe Maintenance Réseaux de Rte et l’Office français de la biodiversité, seule habilité à manipuler des cadavres d’oiseaux protégés. L’oiseau a été pris en charge par un vétérinaire pour autopsie et analyses afin de définir les causes de la mort de cette femelle de 7 ans qui semblait en bonne santé. Les premiers éléments indiqueraient que l’oiseau aurait été attaqué par un prédateur.

A peine le cadavre récupéré qu'une nouvelle femelle s'installait sur le nid ! Le mâle l'a rapidement acceptée : apports de branches, de poissons, et même des accouplements ! La femelle s’est installée durablement et, le 18 avril, elle a pondu et commencé à couver son premier œuf. Mais le mâle bagué, qui occupait le nid depuis plusieurs années, a mystérieusement disparu, rapidement remplacé par un nouveau mâle. Ce dernier s’est complétement désintéressé de cet œuf et n’a jamais relayé la femelle à la couvaison. Depuis le 1er mai, la femelle a arrêté définitivement de couver. Depuis, la présence des oiseaux sur le nid est très irrégulière même s’ils le fréquentent encore quotidiennement. Une année pleine de rebondissements mais qui, malheureusement, ne laisse plus aucun espoir de voir de jeunes balbuzards sortir de leur coquille et s’envoler sur ce nid….

 

Et maintenant, que se passe-t-il pour ce nid ?

La plupart du temps, après un échec, le couple reste présent sur le site jusqu'aux départs normaux en migration des deux oiseaux (il arrive parfois juste après l'échec que la femelle aille vagabonder pendant quelques jours mais elle revient généralement ensuite près du nid). Le mâle continue d'apporter des poissons à la femelle et les deux oiseaux rapportent de temps en temps des branches.

Dans le cas présent, compte tenu des circonstances de sa formation, il n’est pas certain que le couple résiste au temps. Les deux oiseaux n’étant pas bagués, nous ne connaissons pas leur âge, qui aurait pu expliquer en partie cet échec. Il est possible que le mâle, qui paraissait très inexpérimenté pour s’accoupler, ne soit pas encore mature et quitte le site.

 

Il ne reste plus qu’à continuer de surveiller ce nid pour voir comment la situation va évoluer après cet échec : est-ce que ce couple va se stabiliser ? Est-ce que de nouveaux individus vont apparaître ? Gardez l’œil ouvert !

 

Source : Merci à Gilles Perrodin et Pierre Roger pour le partage de ces informations

 

Retrouvez plus d’informations sur le carnet de bord de la saison 2021 ici et rendez-vous sur les pages Facebook et Instagram du projet pour ne rien manquer des actualités !