Un pygargue à queue blanche tué par un chasseur en Allemagne. L’auteur est retrouvé grâce aux données transmises par la balise GPS.

Un pygargue à queue blanche tué par un chasseur en Allemagne. L’auteur est retrouvé grâce aux données transmises par la balise GPS.

 

Ce cas de destruction nous est rapporté par l’équipe du LIFE EUROKITE via sa dernière lettre d’information mars/avril 2022.

 

Un pygargue, équipé d’une balise GPS dans le cadre du projet LIFE EUROKITE, a été victime d’un tir en Allemagne en février 2022. Les données transmises par la balise ont permis d’identifier le responsable du tir, un chasseur de 81 ans. Ce dernier avait rapporté le cadavre de l’oiseau chez lui, avant de se rendre compte qu’il était équipé d’une balise GPS. Se rendant compte de son « erreur », l’homme a tenté de couvrir son crime en attachant la balise à un morceau de bois avant de les jeter dans une rivière, puis s’est débarrassé de l’oiseau dans un plan d’eau. La balise et l’oiseau ont pu être retrouvés lors des investigations de la police. S'il est reconnu coupable, le chasseur encourt une peine de prison de 5 ans, une amende et le retrait de son permis de chasse.

 

 -------------------------------------------------------------------

Présentation du projet LIFE EUROKITE

Cet ambitieux projet européen (LIFE18 NAT/AT/000048) vise à utiliser la télémétrie pour identifier et quantifier les principales causes de mortalité de plusieurs espèces de rapaces en Europe et de mettre en œuvre des actions pour lutter contre les principales causes de mortalité d’origine anthropique (empoisonnements, tirs, collisions et percussions, etc.). Plus concrètement, il va s’agir d’équiper, entre 2020 et 2024, 615 milans royaux et 80 autres rapaces (dont 40 pygargues à queue blanche, 25 aigles impériaux et 15 faucons sacres) de balises GPS dans 12 pays européens. Environ 250 milans royaux prochainement équipés et 150 milans royaux déjà équipés de balises en Suisse viendront compléter le pool de données portant à terme à plus de 1 000 le nombre de milans royaux équipés de balises GPS en Europe. Grâce à un système d’alerte en temps réel, toute suspicion de mortalité d’oiseau équipé sera immédiatement signalée aux partenaires du projet si bien que le cadavre pourra être aussitôt collecté par le partenaire local (la recherche de cadavres est envisagée dans 26 pays) afin qu’une autopsie, une radiographie et des analyses toxicologiques soient réalisées.Cela permettra ainsi d’avoir une vision précise des différentes causes de mortalité des milans royaux et autres rapaces concernés le long de leurs voies de migration. Le principal avantage de la méthode choisie, à savoir le suivi des oiseaux et l’analyse post-mortem, est qu’elle fonctionne « en temps réel » et permet d’agir rapidement si une mortalité d’oiseaux, quelle qu’en soit la cause, est détectée. Ce projet permettra ainsi d’établir de manière indépendante un échantillon représentatif de toutes les causes de mortalité dans une vaste zone géographique, ce qui permettra également d’avoir une meilleure compréhension des principales zones d’incidents illégaux et non crimi-nels, ainsi que toute relation entre cette mortalité et d’éventuelles classes d’âge (par exemple, les oiseaux juvéniles sont-ils plus ou moins impactés ?).

Ce projet repose sur la mobilisation de tout le réseau "Milan royal" et plus largement encore. 

Plus d'informations sur le site web dédié au projet ou auprès de la LPO.