Rencontre nationale

Les 10 et 11 septembre, à l'initiative de François Gossmann, la LPO Vendée a organisé la 6e rencontre nationale du réseau Circaète. Réunie au centre du Porteau à Talmont Saint-Hilaire, une quarantaine de participants ont pu profiter de l'accueil impeccable orchestré par les salariés de la LPO Vendée, Amandine Brugneaux et Julien Sudraud.

Pour la première fois, ces rencontres quittaient le berceau originel du sud du Massif Central et du sud de la France; et pour le plaisir de tous, puisque le repas de spécialités locales comprenait huitres de Vendée et Vin d'Anjou, ainsi que des produits issus de fermes vendéennes engagées pour la protection de la nature (réseau Paysans de Nature). Les temps de partage ont été aussi conviviaux que le programme (pdf) fut studieux

La reproduction du Circaète en Vendée est suivie par un réseau LPO/ONF qui documente année après année le retour de l'espèce dans un des départements les moins boisés de France. La visite de terrain à la Pointe d'Arcay aura permis d'illustrer la diversité des milieux ouverts exploités par le Circaète et de bénéficier d'un exposé édifiant sur les fameuses "dunes grises" (merci encore à l'ONF). L'observation d'une aire de Circaète et d'un juvénile volant à 500m de la plage a été une première pour la majorité des participants.

Parmi les interventions, retenons aussi celle d'Erwan Cozic qui a évoqué avec humour les déboires des observateurs qui tentent de prouver la reproduction du Circaète dans le Finistère. Les résultats ne sont pas tout à fait à la hauteur de la motivation et de l'investissement des naturalistes et ce constat force le respect. Les caractéristiques des aires en Haute-Provence et les causes de dérangements ont fait l'objet d'un exposé détaillé, ainsi que les causes d'échecs dans les Cévennes. Le projet de génotypage des individus de la population en Vienne est particulièrement novateur. Le suivi GPS de deux femelles adultes en Paca (B. Van Hecke et A.Millon) apporte des informations inédites et inattendues sur el comportement des oiseaux. Une femelle reproductrice a ainsi effectué 500 km pour séjourner en Italie à trois reprises en fin d'élevage en deux saisons (2021 et 2022). Le suivi de la reproduction est mené en France dans 27 départements. Ce sont près de 6000 reproductions qui ont été documentées par ce réseau dont les données sont centralisées depuis 2002, et dont les membres se rassemblent tous les 3 ans environ, pour partager les connaissances et les moyens de suivis locaux. Le dynamisme, l'enthousiasme et l'inventivité de ces naturalistes sont un présage de la longévité du réseau  !

D'autres photographies (LPO Vendée) sont disponibles ici