Impact de la mortalité causée par les parcs éoliens (31 éoliennes) du causse d’Aumelas sur la démographie de la population centre-héraultaise du Faucon crécerellette

Référence article
Duriez O., Pilard P., Saulnier N., Boudarel P. & Besnard A. 2022 - Windfarm collisions in medium-sized raptors: even increasing populations can suffer strong demographic impacts. Animal Conservation.

Résumé de l’Article
L'impact de la mortalité des oiseaux par collision sur les parcs éoliens a souvent été évalué à au niveau individuel, mais rarement au niveau de la population. Le Faucon crécerellette Falco naumanni est un rapace migrateur menacé, à durée de vie relativement courte, susceptible de collision avec des éoliennes.
Nous avons évalué les impacts des collisions avec les éoliennes sur la démographie de la plus importante population de Faucon crécerellette de France (celle de l’Hérault). Nous avons utilisé les données du suivi de la reproduction de la population locale et du suivi de la mortalité induite par les parcs éoliens du causse d’Aumelas (Hérault), combinées aux données issues d’un programme de capture-recapture chez une population proche (celle de la plaine de Crau), nous avons quantifié les paramètres vitaux de fécondité et de survie afin de paramétrer un modèle matriciel de population pour étudier la viabilité de cette population.
Le succès de reproduction était élevé et varié en synchronisme avec les probabilités de survie. Entre 2013 et 2020, 43 cadavres de Faucon crécerellette ont été trouvés sous les éoliennes, et en tenant compte de la détection des cadavres et du taux de persistance des cadavres, la mortalité réelle devait approcher 154 individus sur cette période, soit 3% de la population étudiée, impactée par des collisions chaque année.
Le modèle matriciel a montré que la croissance démographique observée n'était possible que s'il y avait un recrutement constant de 26 individus immigrés chaque année dans la population. Sans la surmortalité causée le parc éolien, nous estimons que cette population compterait 22 % de couples reproducteurs supplémentaires par rapport à ce qui est observé en 2020. Les simulations réalisées sur 30 ans montrent qu’avec le taux d'immigration actuel, la population devrait diminuer si la surmortalité dépassait 11 %. Par contre, si l'immigration cesser, la population diminuerait au-dessus de 5 % de surmortalité par an. Il est donc urgent de surveiller et de réduire la surmortalité par collisions éoliennes qui menace cette population de Faucon crécerellette.
Plus généralement, nous préconisons le développement de modèles démographiques au moment des études d'impact afin d’éviter de construire de nouveaux parcs éoliens à proximité d'espèces rares et menacées qui ne pourraient supporter une mortalité supplémentaire par collision.

Pour en savoir plus, l’article complet en anglais est téléchargeable : Duriez et al 2022-Animal Conservation.pdf