Actualités

Nidification atypique en Belgique

Durant l’année 2020, le Grand-duc d’Europe à une fois de plus démontré sa capacité d’adaptation.

Quel enthousiasme pour un habitant de la province d’Anvers en Belgique, vivant en appartement, qui découdra un individu adulte sur son balcon et par la suite pu observer grandir ses 3 jeunes.

Cette espèce nous réserve encore bien des surprises.

Lien de l’article et vidéo : www.thebulletin.be/europes-largest-owl-raises-babies-windowsill-apartment

Journée "Grand-duc" des ravins rhodaniens, le 22/01/2022

Bonjour à toutes et tous,

La journée « grand-duc » des ravins rhodaniens aura cette année lieu le samedi 22 janvier 2022.

Nous vous donnons rendez-vous à 14h45 à Tupin-et-Semons 69 (le lieu exact vous sera communiqué lors de l’inscription). Pour des raisons de préservation des sites de reproduction, cette journée, organisée par Nature vivante, le Centre d’observation de la Nature de l’Île du Beurre et les LPO Loire, Rhône, Isère et Drôme-Ardèche est réservée aux adhérent.e.s des différentes associations (n’hésitez pas à adhérer à l’une des associations pour nous rejoindre !). Il s’agit d’un suivi scientifique et non d’une animation autour du grand-duc.

Résumé de l'intervention de Renaud NADAL

Renaud NADAL (Chargé d’étude LPO Grands Causses) :

Dans les Grands Causses, la collecte et l’analyse des restes de proies du Grand-duc d’Europe ont été menées sur une zone d’étude similaire et on peut constater les évolutions entre les résultats sur la décennie 1980-1990 et 2010-2020 pour un total d’environ 3000 proies.

Le pourcentage des classes représentées a peu varié. Le nombre d’espèces proie a quant à lui évolué, 17 nouvelles espèces étant inventoriées dans l’échantillon de 2010/20. Le rapace a remplacé sa consommation de Lapin de garenne et de Rat surmulot (espèces qui se raréfient) par une espèce présente en quantité mais de faible corpulence : le Campagnol des champs.

Pour l’avifaune, les espèces qui diminuent sont les corvidés et les rapaces nocturnes, à l’opposition des espèces forestières et anthropophiles qui représentent une part plus importante.

Résumé de l'intervention de Olivier FERREIRA et Patrick BAYLE

Olivier FERREIRA (Chargé de mission connaissance scientifique au service de la gestion – écosystèmes terrestres au PNC) et Patrick BAYLE (Membre du Conseil Scientifique du Parc national des Calanques) :

Le suivi du Grand-duc dans les Calanques est le fruit d’une mobilisation ancienne et collective. Depuis les années 2000, chaque décennie une nouvelle estimation de la population est réalisée : 10 couples en 1999-2000 par le CEN PACA (territoire du site classé des Calanques), une quinzaine lors de l’atlas de Marseille en 2010-2012 (partie des Calanques sur la commune de Marseille) enfin en 2020-2021 lors d’une campagne de recensement c’est 20 à 25 couples qui sont comptabilisés (totalité du territoire de cœur du Parc national).

Résumé de l'intervention de Gilles TAVERNIER

Gilles TAVERNIER (bénévole LPO Tarn) :

Soixante six sites font actuellement l’objet d’un suivi (écoute, reproduction, régime alimentaire) sur le département du Tarn. Le Grand-duc occupe des types d’habitats divers, en majorité représenté par des sites rupestres ou carrières mais également en plaines, en landes, dans les bois…

En ce qui concerne le régime alimentaire de l’espèce : au total 196 récoltes ont été effectuées, 22 577 individus et 172 espèces identifiées. La base alimentaire est composée majoritairement de mammifères (biomasse de 75,8%), l’apport des autres groupes est négligeable. Le poids moyen d’une proie est évalué à 375 g.

Résumé de l'intervention de Richard PENA

Richard PENA (bénévole à la LPO Tarn) :

L'analyse géospatiale et les outils cartographiques peuvent permettre de caractériser les habitats du Grand-duc d'Europe à l'échelle d'une région géographique. En exploitant les données environnementales et les données liées à l'espèce (reproduction et régime alimentaire) on peut mettre en évidence l'importance de certaines variables écologiques pour l'installation de celle-ci.

Cette méthode est applicable sur touts territoires et pour toutes espèces, car l'ensemble des informations sont libre d'accès sur internet (data.gouv, ign...). Cependant cela nécessite un travail important de développement d'algorithmes, d'extraction et d'analyse des données.

Résumé de l'intervention de Pierre DEFONTAINES

Pierre DEFONTAINES (bénévole à la LPO Hérault) :

Le suivi du Grand-duc d'Europe dans l'Hérault est initié en 1976 par Jean-Pierre CERET. Le secteur étudié comporte des milieux très contrastés et donc des espèces proies qui varient selon la répartition des individus. À date depuis 45 ans, 447 nichées ont réussi leur reproduction et 869 jeunes sont recensés à l'envol.                     

En moyenne le taux d'envol avant les années 2000 est meilleur que celui sur la période 2000/21. On observe ce phénomène également au niveau spatial, c'est-à-dire que ce taux est plus fort sur les plaines et le littoral en comparaison avec l'arrière-pays.

Avant et après 2000 le nombre de site de nidification a également varié selon le milieu, un glissement de population c'est effectué vers la zone la plus productive qui correspond également à la distribution pricipale des proies (la plaine et le littoral).

7ème rencontre du réseau Grand-duc / Alpilles 2021

Le week-end du 22-24 octobre 2021 se tiendra la 7ème rencontre du réseau Grand-duc.

Pour cette édition, le Parc naturel régional des Alpilles accueille les passionnés de cette espèce à Eyguières, située dans le département des Bouches-du-Rhône.

Ci-dessous le préprogramme de la rencontre : Préprogramme 7 rencontre Grand-duc 2021.pdf

Un grand merci à l'ensemble des surveillants (pour la majorité bénévole) pour toutes les informations recensés et leur investissement au sein du réseau.

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations.

À très vite,

Sigrid RIFFARD (sigrid.riffard@lpo.fr) et Renaud NADAL (renaud.nadal@lpo.fr)

Pages