Résumé de l'intervention de Olivier FERREIRA et Patrick BAYLE

Olivier FERREIRA (Chargé de mission connaissance scientifique au service de la gestion – écosystèmes terrestres au PNC) et Patrick BAYLE (Membre du Conseil Scientifique du Parc national des Calanques) :

Le suivi du Grand-duc dans les Calanques est le fruit d’une mobilisation ancienne et collective. Depuis les années 2000, chaque décennie une nouvelle estimation de la population est réalisée : 10 couples en 1999-2000 par le CEN PACA (territoire du site classé des Calanques), une quinzaine lors de l’atlas de Marseille en 2010-2012 (partie des Calanques sur la commune de Marseille) enfin en 2020-2021 lors d’une campagne de recensement c’est 20 à 25 couples qui sont comptabilisés (totalité du territoire de cœur du Parc national).

Une étude du régime alimentaire est également entreprise, grâce à près de 35 années de récolte d’indices (inspection des crêtes, pieds de parois et des aires connues). En résulte un régime qui diffère selon les individus continentaux ou insulaires. Pour la partie continentale, il est en majorité basé sur les mammifères (proie la plus abondante : Mulot sylvestre) et à l’inverse pour les îles avec une tendance plus ornithophage (proie la plus abondante : Goéland leucophée).

Enfin sur ce territoire, la régulation de l’escalade sur des falaises ciblées en période de reproduction est un enjeu de conservation de l’espèce. Le Parc a alors mis en place des arrêtés de conservation du directeur portant réglementation temporaire et spatiale à cette pratique.