Accueil du premier poussin gypaète barbu d'Europe de la nouvelle saison de reproduction en captivité

Le premier poussin © RFZ

À la fin du XXe siècle, le gypaète barbu était au bord de l'extinction en Europe. Aujourd'hui, les choses semblent s'améliorer pour l'espèce. Le gypaète barbu se rétablit régulièrement sur le continent grâce à un partenariat international qui a commencé à élever des poussins en captivité et à les relâcher dans la nature il y a plus de trois décennies.

Ces efforts de conservation essentiels se poursuivent. Actuellement, le réseau d'élevage en captivité du gypaète barbu, coordonné par la Vulture Conservation Foundation (VCF) au nom du programme européen pour les espèces menacées de l'EAZA (Bearded Vulture EEP), travaille avec plus de 40 partenaires pour élever des poussins aptes à être relâchés dans la nature. La nouvelle saison 2021/22 de reproduction en captivité du gypaète barbu bat actuellement son plein, et le premier poussin a déjà éclos !

Le premier poussin de gypaète barbu de 2022 éclot dans un centre autrichien

Le couple BG108 et BG175 du Centre spécialisé d'élevage en captivité des gypaètes barbus Richard Faust en Autriche (RFZ) pond souvent les premières couvées de chaque saison de reproduction, et cette fois-ci n'a pas fait exception puisqu'ils ont pondu leur œuf le 28 novembre 2021. Après presque deux mois d'incubation, leur premier poussin (BG1124) a éclos en fin d'après-midi le 20 janvier 2022. Les parents s'occupent tendrement du poussin qui semble se développer sainement.

Le premier poussin à côté du deuxième oeuf © RFZ

Rencontre avec les parents

Le mâle BG108 a éclos le 6 février 1989 à Haringsee et est d'origine crétoise (3 descendants de son père dans le réseau), tandis que la femelle BG175 a éclos le 1er avril 1992 au Tierpark de Berlin et est d'origine asiatique. Les deux parents ont eu des partenaires différents dans le passé, mais depuis qu'ils ont formé un couple en 2001, ils ont été l'un des oiseaux reproducteurs les plus productifs au sein du EEP du gypaète barbu, contribuant de manière significative aux efforts de réintroduction et de repeuplement. Ils ont réussi à produire une couvée presque chaque année - la première en 2002 et un total de 39. Sans compter qu'ils ont fait éclore 28 poussins, dont 26 ont survécu !

Deuxième poussin de gypaète barbu sur le point d'éclore

Deux jours après l'éclosion, Hans Frey, le directeur de RFZ, a retiré le deuxième œuf du nid et a également vérifié la santé du poussin. Le personnel évite de déranger les parents, mais cette visite est nécessaire. En raison d'un comportement évolutif appelé "cainisme", selon lequel le poussin le plus âgé tue le plus jeune dans le nid, en sauvant l'œuf, nous augmentons les chances de survie du deuxième poussin, ce qui nous permet de gagner un oiseau supplémentaire pour nos efforts de conservation si tout va bien.

Après avoir récupéré le deuxième œuf, le personnel a confirmé qu'il était fertile et qu'il allait éclore d'un moment à l'autre ! S'il éclot, les gardiens l'élèveront pendant les premiers jours, puis le transféreront pour qu'il soit adopté par un couple d'accueil afin d'éviter toute empreinte humaine et de garantir un élevage naturel. RFZ fait éclore des poussins depuis plus de 40 ans maintenant, avec plus de 170 éclosions produites, jouant ainsi un rôle clé dans le soutien au retour de l'espèce.

La période de ponte est toujours en cours


 

BG551 en train de couver à Vallcallent © VCF

Bien que la période d'éclosion ait commencé, la période de ponte n'est pas encore terminée. Les couples peuvent encore pondre dans les deux prochains mois. Jusqu'à présent, 38 couples ont pondu 54 œufs, un nombre similaire à celui de la même période l'année dernière. En outre, cinq nouveaux couples ont pondu pour la première fois cette saison, et plusieurs autres couples ont commencé à s'accoupler pour la première fois cette année.

Pour suivre l'actualité de la saison de reproduction, suivez #BeardedVultureBreedingSeason sur Facebook, Twitter, Instagram et LinkedIn.

Voir l'article original de la VCF ici

 

Clara Borrel