La conservation des vautours fonctionne

Le statut de conservation du Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) s'améliore en Europe

 

Gypaète barbu - Photo : Bruno Berthemy

Les oiseaux et la nature souffrent quotidiennement de l'effondrement de la biodiversité et des crises climatiques. Et les vautours ne sont pas à l'abri de ces problèmes. Dans le monde entier, les vautours sont confrontés à de nombreuses menaces d'origine humaine, qui ont entraîné un déclin spectaculaire de leurs populations ces dernières années. Aujourd'hui, ils constituent l'un des groupes d'oiseaux les plus menacés. En Afrique et en Asie, continents qui étaient autrefois des bastions des vautours, plusieurs espèces sont aujourd'hui au bord de l'extinction. En Europe, en revance, c'est une autre histoire. 

Les vautours signent leur grand retour en Europe - la conservation des vautours fonctionne!

A la fin du XXe siècle, les vautours étaient menacés d'extinction en Euope, en particulier le gypaète barbu qui ne comptait plus que quelques couples - il était limité à 40 couples dans les Pyrénées et à quelques couples isolés dans deux populations insulaires (Crète et Corse). L'empoisonnement, l'électrocution, la collision et la persécution directe, entre autres menaces, étaient responsables des effets néfastes sur les populations de vautours du continent, mais il y avait de l'espoir. Des actions de conservation transfrontalières à long terme t de grande envergure, dont beaucoup sont menées par la Vulture Conservation Foundation (VCF), ont permis d'améliorer la situation, et aujourd'hui les vautours font un retour en force sur notre continent. Les effections de toutes les espèces de vautours euopéens - le gypaète barbu, le vautour moine, le vautour percnoptère et le vautour fauve - sont stables ou augmentent en majeur partie.

La liste rouge des oiseaux européens 2021

BirdLife International a publié récemment sa liste rouge des oiseaux européens 2021, qui a été mise à jour grâce à des données collectées par des milliers d'experts et de volontaires dans toute l'Europe.

Une des remarques positives est le déclassement du gypaète barbu de la catégorie "Vulnérable" à "Quasi menacé". Ce résultat est devenu une réalité grâce à des projets de réintroduction stratégiques et des actions de conservation ciblées, principalement menées par la VCF, qui ont permis d'augmenter les populations et de réduire les menaces.

Il reste encore du travail de conservation à faire

Bien qu'il y ait des raisons d'être optimistes en conservation, il reste encore beaucoup de travail à faire jusqu'à ce que les vautours ne dépendant plus de la conservation. La VCF, en collaboration avec ses partenaires (dont la LPO) et ses collègues, continuera à restaurer les populations de vautours jusqu'à ce qu'elles soient autonomes, chaque espèce occupant la majeure partie de son ancienne aire de répartition, benéficiant d'habitats de bonne qualité et appréciés par les populations.

Oui, il y a de l'optimisme, non seulement pour les vautours mais aussi pour d'autres espèces, mais n'oublions pas que le rapport conclut qu'une espèce d'oiseau sur cinq est en danger en Europe. Ces résultats inquiétants soulignent la gravité des crises actuelles de la biodiversité et du climat qui nous affectent toutes et tous, y compris nos économies et notre bien-être. Nous devons toutes et tous travailler ensemble pour trouber des solutions qui soient soutenues par les principales parties prenantes et le grand public, jusqu'à ce que les oiseaux et la nature se portent mieux.

Pour lire l'article original : ici
Clara Borrel