La saison de ponte du gypaète barbu en captivité a commencé très tôt cette année !

Le premier oeuf de gypaète barbu de la nouvelle saison de reproduction en captivité est arrivé ! Un couple plutôt productif en Autriche est responsable de ce développement excitant qui a donné un coup d'envoi précoce à la période de ponte.

Début de la saison de reproduction en captivité du gypaète barbu

Peut-être l'un des parents les plus diligents et les plus attentifs du règne animal, le gypaète barbu accomplit plusieurs tâches parentales pendant de nombreux mois afin d'accueillir et d'élever sa progéniture. A cette époque de l'année, les quelques 40 couples reproducteurs sur les 174 oiseaux captifs hébergés par le réseau d'élevage en captivité du gypaète barbu s'activent. Le personnel peut voir les couples reproducteurs jouer avec des matériaux de nidification tels que des bâtons et de la laine, construire leur nid, se lisser mutuellement les plumes, faire preuve d'agressivité envers les couples voisins et commencer à copuler. La ponte a lieu généralement trois mois après la construction du nid et entre 50 et 90 jours après la copulation. Une fois l'oeuf pondu, le couple partage les responsabilités et couve la ponte pendant environ 54 jours, et l'oisillon pourra généralement s'envoler à l'âge de quatre mois environ.

La première couvée de la nouvelle saison de reproduction arrive en Autriche

En tant que coordinateur du réseau,  Hans Frey, l'un des pionniers de l'élevage en capitivité du gypaète barbu au sein du conseil conseil consultatif de la VCF nous a informés de cette agréable nouvelle. Le couple BG108 et BG175 a pondu son premier oeuf le 28 novembre 2021 au Centre d'élevage captif spécialisé pour le gypaète barbu Richard Gaust en Autriche (RFZ), qui accueille la plupart des individus de gypaètes barbus en captivité. Le mâle BG108 a éclos le 6 février 1989 à Haringsee et est d'origine crétoise (3 descendants de son père dans le réseau), tandiqs que la femelle BG175 a éclos le 1er avril 1992 au Tierpark de Berlin et est d'origine asiatique. Ces deux vautours ont grandement contribué aux efforts de réintroduction et de repeuplement. Ils forment un couple depuis 2001 et ont réussi à produire une couvée presque chaque année - la première en 2002. Sans compter qu'ils ont fait éclore un total de 26 poussins !

Espérons que l'oeuf est fertile et qu'il va éclore. A une nouvelle saison de reproduction fructueuse !

Elever des gypaètes barbus à des fins de conservation

En 1978, la Vulture Conservation Foundation (VCF) et ses partenaires se sont unis pour ramener le gypaète barbu dans les Alpes. Pour atteindre cet objectif, les pionniers ont mis en place un programme d'élevage en captivité pour produire des poussins et les relâcher dans la nature, le premier lâcher ayant eu lieu en 1986 dans le parc national autrichien des Hohe Tauern. Il a fallu du temps et de la persévérance, car les gypaètes barbus ne se reproduisent que lorsqu'ils atteignent l'âge de 7 à 10 ans, avec un seul poussin par an. Pourtant, grâce à ces efforts, l'espèce est revenue dans les Alpes, ce qui en fait l'une des meilleures histoires de retour à la vie sauvage de tous les temps ! Depuis ce succès, d'autres projets ont été lancés en France et en Espagne. Aujourd'hui, le réseau de reproduction en captivité du gypaète barbu, coordonné par la VCF au nom de l'EEP de l'EAZA, travaille en étroite collaboration avec plus de 40 partenaires, dont des zoos, afin de garantir les meilleurs résultats de reproduction des couples potentiels en captivité. Chaque année, la VCF et ses partenaires relâchent de jeunes gypaètes barbus élevés en captivité dans la nature à travers l'Europe afin de réintroduire l'espèce dans les zones où elle s'est éteinte ou de simuler les populations locales vulnérables. Jusqu'à la fin de 2021, un total de 344 gypaètes barbus élevés en captivité ont été libérés dans la nature.

Article d'origine ici

 

Clara Borrel