Nouvel article scientifique sur le Gypaète barbu

La coloration cosmétique du plumage par les oxydes de fer ne confère pas de protection contre l'usure des plumes

L'acquisition active de la coloration cosmétique du plumage par les oxydes de fer a été décrite chez plusieurs espèces d'oiseaux (notamment le Gypaète barbu Gypaetus barbatus, mais aussi chez les grues, pélicans et autres espèces de vautours) mais sa fonction reste controversée. Nous avons testé l'hypothèse selon laquelle l'oxyde de fer acquis par les bains de boue protège les plumes de l'usure. Nous avons coloré expérimentalement 13 plumes de poitrine prélevées sur deux cigognes blanches Ciconia ciconia avec de la boue provenant d'un étang ferrugineux régulièrement utilisé par les gypaètes barbus, tandis que 13 autres plumes (témoins) ont été traitées avec de l'eau. Toutes les plumes ont été soumises à un traitement d'abrasion physique contrôlé. Nous n'avons trouvé aucune différence d'usure entre les plumes témoins et traitées, ce qui est contraire aux prédictions de l'hypothèse de protection contre l'usure pour l'acquisition de cette coloration cosmétique du plumage.

 

 Tiré de l'article: Raquel Créspo-Ginés, Juan Antonio Gil et Lorenzo Pérez-Rodriguez. Cosmetic plumage coloration by iron oxides does not confer protection against feather wear. Ibis [en ligne]. Juin 2021, p. ibi.12983. DOI 10.1111/ibi.12983 onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/ibi.12983
Source photo: quebrantahuesos.org/la-coloracion-cosmetica-del-plumaje-por-oxidos-de-hierro-en-los-quebrantahuesos-no-confiere-proteccion-contra-el-desgaste-de-las-plumas/
Clara Borrel