Nouvel article scientifique sur le Gypaète barbu

Coloration des adultes gypaètes barbus (Gypaetus barbatus) dans les Pyrénées : relation avec le sexe, le système d'accouplement et la productivité

La coloration cosmétique n'est pas un phénomène courant chez les espèces d'oiseaux. Les gypaètes barbus adultes (Gypaetus barbatus) présentent typiquement une coloration orange dans les plumes de la tête, de la poitrine, du ventre et du tarse qui est le résultat de bains de boue dans des substrats ferrugineux. Plusieurs hypothèses de signalisation visuelle non mutuellement exclusives peuvent être proposées pour expliquer ce phénomène. La coloration pourrait être utilisée pour signaler (1) la dominance envers les congénères, les oiseaux plus foncés étant dominants (hypothèse de signalisation du statut); (2) le sexe (hypothèse de signalisation du genre) car les femelles sont généralement plus intensément colorées; (3) la qualité individuelle pour le choix du partenaire (hypothèse de signalisation de la qualité); ou (4) différentes stratégies de reproductions entre les individus (par exemple dans les trios polyandres). Nous rapportons ici les résultats d'un suivi systématique des gypaètes barbus nicheurs en période de pré-ponte dans les Pyrénées centrales et occidentales (Espagne et France) entre 2016 et 2020, incluant 162 individus issus de 70 unités de reproduction (48 couples et 22 trios). Nous avons classé les individus comme étant blancs, pâles, moyens ou foncés, et analysé la relation avec le sexe, le système d'accouplement (paire ou trios) et la productivité moyenne à travers les années. Nos résultats ont montré que la forme la plus courante était la forme moyenne (67%), puis les formes pâle (22%), sombre (9%) et blanche (2%). Dans l'ensemble, les femelles étaient plus foncées que les mâles, mais avec un large chevauchement de la coloration. Dans les trios, les mâles dominants étaient plus foncées que les mâles subordonné, bien que les différences ne soient pas statistiquement significatives. Le système d'accouplement (paire ou trio) n'a pas influencé la coloration des femelles. Une comparaison multimodèle a montré que le nombre d'années d'occupation du territoire, le système d'accouplement et leur combinaison (mais pas la coloration) étaient les meilleurs prédicteurs de la productivité moyenne. Nos résultats ne soutiennent pas l'hypothèse de la signalisation du sexe. L'hypothèse de la signalisation de la stratégie de reproduction pourrait être soutenue car les mâles bêta étaient, en moyenne, plus pâles que les mâles en couple, mais ce sujet nécessite des investigations supplémentaires car nos résultats ne sont pas concluants. Enfin, le fait que les femelles (que l'on pense être dominantes en raison de leur taille légèrement supérieure) étaient en moyenne plus foncées ques les mâles va dans le sens de l'hypothèse de la signalisation du statut, bien qu'une approche expérimentale soit nécessaire pour tester formellement cette hypothèse.

Titre de l'article : Duchateau, S., Chéliz, G., Gil, J.A. and Lopez-Lopez, P. (2021), Adult coloration of the Bearded Vulture (Gypaetus barbatus) in the Pyrenees: relation to sex, mating system and productivity. Ibis. https://doi.org/10.1111/ibi.13032.
Voir l'article complet ici
Pour un autre article sur cette même thématique complet en anglais et son résumé en français.

 

Clara Borrel