Bilan et résultats de l’IOD gypaète du 8 octobre 2022

Tous les ans, un IOD (International Observation Day) est consacré au Gypaète barbu ! 

 

   Il s‘agit d’une journée de comptage à l’échelle internationale coordonnée par la VCF (Vulture Conservation Foundation). Il s’est déroulé cette année le 8 octobre dernier, entre 10h et 15h,  comme indiqué dans le protocole. De l’arc alpin jusqu’en Andalousie, de nombreux points ont été occupés par des observateurs passionnés à travers l’Europe.  

Facteur imprévisible, les conditions météo ont été défavorables sur le Massif alpin et dans le sud du Massif central. La prospection du gypaète a été compromise sur certains sites à cause d’un brouillard épais et persistant empêchant toute visibilité, notamment en Haute-Savoie.  

La météo ayant accordé davantage de clémence aux Grands Causses, les observations ont heureusement pu avoir lieu. Les secteurs de Florac et Fraissinet-de-Fourques, plus exposés au brouillard et aux averses, ont tout de même été impactés. La pluie a attendu 15h pour venir clore l’IOD autour de Meyrueis. Les conditions de vol des vautours étaient meilleures dans les gorges de la Dourbie que dans les gorges de la Jonte et les gorges du Tarn.

15 points d’observation ont été occupés par 28 observateurs dans les Grands Causses.

Une vingtaine de personnes a été sensibilisée sur le point d’accueil du public de Pauparelle à Meyrueis, tenu par la LPO Grands Causses et le Parc national des Cévennes.

  19 observations de gypaètes sur la journée !

  La prospection a permis l’identification de 6 individus différents, sur les 8 présents dans les Grands Causses à la date de l’IOD, grâce à l’observation de leurs caractéristiques individuelles et décolorations alaires notées sur le terrain ou par la suite, sur photos. Certains signalements incertains ont pu être confirmés grâce aux localisations GPS des oiseaux suivis par émetteur.


Rei Del Causse : jeune mâle lâché cette année, contacté à quatre reprises sur deux points d’observation dans la Jonte.


Fario : femelle immature dans sa troisième année. On peut affirmer l’avoir observée au moins trois fois dans les Gorges de la Dourbie. (Il convient de rester prudent lors de l’identification des individus dont les caractéristiques individuelles et les marquages alaires n’ont pas pu être observés avec certitude. Les chiffres les plus bas ont été retenus pour éviter tout doute.)


Ophrys : mâle immature observé par une équipe dans la Jonte.


Calandreto : mâle adulte imparfait dans sa cinquième année. Il a pu être identifié par analyse de son plumage sur photo. La prise de photos a ici été importante : cet oiseau n’est pas suivi par GPS, les données sur sa localisation sont donc précieuses !

Adonis : Repéré deux fois seul avec certitude. Quatre signalements de mâle adulte laissent planer le doute entre Adonis et Layrou, deux mâles adultes en couple de 9 et 10 ans dont l’identification de loin est difficile.

Layrou : Identifié une fois seul.

Deux oiseaux manquaient à l’appel : Aven, une jeune femelle née en 2020 et Cévennes, un mâle immature de 2019. Ils ont pu être aperçus plus tard.

Un bilan à l’échelle de l’ensemble des sites européens sera prochainement établi et diffusé.